Logo

Sylvia Michel a mis sous presse deux livres illustrés, "Danse"avec des citations du Funambule de Jean Genet, ouvrage imaginé pendant les séances de travail de quelques-uns des danseurs du Ballet d'Angelin Preljocaj, ainsi qu"Urban Jungle", recueil de dessins de plus grand format où l'on aperçoit des scènes de la vie quotidienne avec des personnages hybrides, moitié-humain, moitié-animal.

L'artiste vient d'apprendre qu'Urban Jungle fut pendant les années 1989-1990 le nom de la tournée mondiale effectuée par les Rolling Stones, avec un passage au Stade Vélodrome de Marseille, le 19 juin 1990. Pour sa part, Sylvia Michel a choisi de camper dans cette exposition divers personnages qui peuvent évoquer la rue et  la comédie contemporaines ; le trader et son téléphone portable qui continuent leur business depuis la terrasse de café, les pseudo-élégantes qui jasent à propos de leur voisin, les réunions féroces qui se déroulent quand le syndic des propriétaires convoque ses adhérents.

Paris
"Paris",  photo + dessin de Sylvia .

A propos de son travail, un texte de Claude Postel :

« Très tôt, Sylvia Michel s’initie au dessin en fréquentant – solitaire et volontaire – quelques ateliers d’artistes proches, allant du plus réaliste – Herman Braun-Vega – au plus abstrait – André Marfaing – sans pour autant négliger les rigueurs du graphisme. Elle aime à multiplier les techniques, les entremêlant savamment pour mieux les synthétiser. Apprivoisant les nouvelles technologies, elle additionne la spontanéité du dessin aux possibilités infinies du numérique, articulant graphisme, photographie et couleurs multipliées. L’ordinateur et sa terminaison productive – l’imprimante – formant alors un véritable atelier que l’artiste maîtrise pleinement et d’où sortent des œuvres qu’elle expose régulièrement mais sans frénésie.

Dans cette nouvelle série de dessins, malicieusement sarcastique, Sylvia Michel déjoue les éternelles lois du paraître. Telle une auteure qui ferait des jeux de mots, la dessinatrice fait des jeux d’images. Vif et instinctif, son trait efficace griffe les apparences, mord dans l’illusion, révèle les bêtes qui sommeillent. Ce bestiaire des postures dévoile la trouble dualité des convenances avec une élégante ironie.

© 2015 Alain Paire. Tous droits réservés.