Atelier Cézanne

Le petit appentis de l'Atelier Cézanne : on y retrouve des fusains et des sanguines d'Emperaire (photographie de Florence Laude).

La construction de l'atelier des Lauves s'acheva en  septembre 1902. Achille Emperaire quitta le monde des vivants en janvier 1898, il  n'a bien évidemment jamais connu l'ultime atelier de son ami Cézanne. Chaque fois que je reviens dans ce lieu de vérité, j'essaie d'apprivoiser le témoignage d'Emile Bernard qui racontait avoir travaillé pendant quelques journées dans l'une des pièces du rez-de-chaussée du bâtiment de Cézanne. Il se souvenait des pas du vieux maître sur le parquet de bois de l'étage supérieur : "je l'entendais aller et venir dans l'atelier du haut ; c'était comme une méditative promenade de long en large de la pièce ; il descendait aussi maintes fois, allait au jardin s'asseoir et remontait précipitamment".

Michel Fraisset, le conservateur de l'Atelier de Cézanne a souhaité que l'oeuvre d'Achille Emperaire puisse être exposée dans deux espaces de l'atelier des Lauves : dans le petit appentis qui jouxte le bastidon ainsi que dans la lumière gris pâle de l'atelier proprement dit, sur un grand panneau de bois spécialement installé sur la droite du premier étage. Installer pendant quelques semaines Emperaire au coeur de l'Atelier de Cézanne, provoquer une rencontre posthume entre ces deux artistes constitue une initiative profondément légitime. Cézanne affectionnait et estimait Emperaire : quand bien même elle passa par des moments de colère et de brouille, l'amitié de ces deux personnages fut forte et belle. On sait qu'en haut du grand portrait qu'on voit au musée d'Orsay, présentement dans la proximité du Fifre et de l'Olympia de Manet, Paul Cézanne avait inscrit le prénom et le nom d'Achille Emperaire : avec des lettrines d'imprimeur, il affirma clairement, il voulait que chacun sache que son ami était "peintre".

Ecoutant les réactions extrêmement positives qui s'exprimèrent pendant les vernissages des 4 et 5 décembre, ou bien lors de la découverte du catalogue qui accompagne les expositions, il me semble qu'une chose est acquise : Emperaire ne peut pas être assimilé à ses collègues qu'on appelle "les petits maîtres aixois". Les pièces retrouvées parmi les collections privées, les fusains, sanguines et huiles sur toile que nous avons rassemblés démontrent que son oeuvre révèle des capacités d'expression de très belle envergure. Ce peintre n'est certes pas uniquement un pauvre diable que son infirmité et la malchance reléguèrent loin des meilleures signatures de l'histoire de l'art. Achille Emperaire fut une manière de précurseur. Il ne puisa pas son inspiration du côté de l'Impressionnisme. En maintes occasions il surmonta les misères physiques et spirituelles qui l'entravaient terriblement. Dans son oeuvre, tout n'est pas de première force. C'est pourtant l'avis de John Rewald et des observateurs d'aujourd'hui, on peut évoquer à propos de ses intuitions et de ses réussites plastiques de grands artistes : rien moins que Redon ou Seurat, peut-être Maillol et Matisse.
 

exposiiton  Achille Emperaire

Dans le petit appentis des Lauves, on voit des oeuvres sur papier, quelques portraits, des silhouettes de mousquetaires, une étude très mouvementée pour le Duel qui pourra faire songer aux photographies de Muybridge et de nombreux nus féminins. Au premier étage, à côté des petits formats des huiles d'Emperaire, on aperçoit dans une petite vitrine divers documents : entre autres, une lettre de Cézanne adressée à Achille Emperaire ainsi qu'un télégramme dont j'ai tenté d'identifier le contenu dans un autre article qu'on retrouve sur ce lien.

L'une des pièces majeures de cette évocation de l'oeuvre d'Achille Emperaire, c'est bien évidemment l'énorme et très saisissant revers d'une grande toile de Joseph Ravaisou qui se dresse sur la droite de la grande verrière de l'atelier. Il s'agit d'un tableau conservé au musée du Vieil Aix, il fut rarement donné de pouvoir contempler sa très étrange apparition. Ravaisou, personne ne lui en voudra, avait récupéré ce grand chassis. Il peignit l'un de ses Paysages au verso d'une ancienne toile d'Emperaire.

Achille Emperaire

Achille Emperaire, revers d'une toile de Ravaisou (photographie de Serge Mercier).

Sur l'envers de ce tableau, celui qu'on aperçoit jusqu'à la fin de janvier 2014 dans l'atelier des Lauves, on découvre une silhouette de femme dont le vernis s'est lamentablement défait. La plupart des couleurs d'origine ont disparu, quelques nuances subsistent. L'apparition de cette Bethsabée pour partie crucifiée par les quatre barres du chassis est proprement effrayante : devant ce grand morceau de chair, on se prend à penser à de violentes toiles de Françis Bacon. Quelques détails restent lisibles. Selon une pose qui lui semble familière, cette femme peinte par Emperaire hisse un bras derrière son visage ; le triangle de sa tête semble coiffé d'une sorte de diadème égyptien. Sur la gauche de ce tableau défiguré, on aperçoit les cimes des arbres d'un paysage ainsi que la petite silhouette courbée du dos d'une autre femme.

Alain Paire.

Achille Emperaire peintre, une double exposition du 5 décembre 2013 au 26 janvier 2014, à l'Atelier Cézanne, 9 avenue Paul Cézanne, ouvert tous les jours sauf dimanche de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h. A la Galerie Alain Paire, 30 rue du Puits Neuf, du 5 au 30 décembre 2013, ouvert du mardi au samedi 14 h 30 / 18 h 30. Trois artistes contemporains, Don Jacques Ciccolini, Alain Fleischer et Georges Guye se sont associés à cet hommage à Achille Emperaire. Catalogue de 64 pages, maquette de Virginie Scuitto (prix 12 euros).

Le vendredi 17 janvier 2014, à 18 h 30, Conférence sur la vie et l'oeuvre d'Achille Emperaire par Michel Fraisset et Alain Paire dans le grand Salon de la Bastide du Jas de Bouffan, 17 route de Galice, Aix-en-Provence. 

A propos d'Achille Emperaire trois chroniques sont disponibles en podcast sur le site de Radio Zibeline.

Achille Emperaire

Achille Emperaire, étude pour Le Duel, format 15 x 24 cm (collection particulière).

Une tradition déja longue aura permis de programmer dans le petit appentis de l'Atelier des Lauves de nombreuses expositions. Conservateur de l'Atelier jusqu'en 1996, Marianne Bourges concevait avec des artistes d'hier et d'aujourd'hui des Pages Cézanniennes : y furent entre autres conviés Balthus, Bazaine, Bissière, Boubat, Vieira da Silva, Giacometti, Gleizes, Marchutz, Moore et Traquandi. En complicité avec Michel Fraisset, j'ai pu programmer à partir de 2003 des expositions souvent accompagnées de catalogues :  entre autres, avec Vincent Bioulès et Jean-Pierre Blanche, avec Don Jacques Ciccolini, Marie Ducaté et Bernard Lessaing. Dans le jardin de l'Atelier, furent installées des sculptures de Jean Amado et de Jean-François Coadou.

Michea Jacobi qui est un magnifique monteur d'images et de son, pas uniquement un écrivain et chroniqueur, a su évoquer à sa manière la mémoire et les traces d'Achille Emperaire. A regarder / écouter un montage avec un extrait de Léo Ferré qui chante Aragon "Tout le monde n'est pas Cézanne/ Nous nous contenterons de peu / On pleure, on rit comme on peut / Dans cet univers de tisanes", sur un premier lienOn apercevra une succession de portraits d'Emperaire sur ce lien et plusieurs toiles sur cet autre lien.

Achille Emperaire Michea Jacobi

A partir de ce lien, on retrouve sur le blog de Florence Laude, Images en têtes, des photographies des oeuvres d'Achille Emperaire à l'Atelier Cézanne et des images du vernissage 30 rue du Puits Neuf. Par ailleurs, sur le site de Web-Radio Zibeline,  jusqu'à fin décembre 2013, on pourra écouter chaque mardi, en matinée à dix heures ou bien en podcast, trois émissions à propos du Rouge et du Noir d'Achille Emperaire : la première émission de cette série est sur ce lien.

Achille Emperaire par Serge Mercier

Au premier étage de l'Atelier Cézanne, photographie de Serge Mercier.

Emperaire Baigneuse

Achille Emperaire, Baigneuse, huile sur toile, 35 x 27 cm , collection particulière.

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?