dessin d'Emperaire

Portrait d'Achille Emperaire, fusain, 49 x 31 cm, Musée du Louvre, département des arts graphiques.

Tel qu'on le retrouve au Musée d'Orsay, son Portrait figure dans toutes les monographies de Cézanne. Sans cette toile d'imposant format - par la taille, l'une des plus hautes jamais réalisées par Cézanne : 1 m 22 de large, 2 mètres de hauteur - mis à part quelques amateurs d'histoire et de peinture locale, qui donc se souviendrait d'Achille Emperaire ? Ce profil perdu aurait discrètement figuré aux côtés de Barthelemy Niollon, de Louise Germain et de Joseph Ravaisou parmi les Petits maîtres d'Aix-en-Provence qui furent les familiers du Café Beaufort. On aurait mentionné son prénom et son patronyme parmi l'entourage des amis de Paul Cézanne, dans la compagnie de Philippe Solari, de Fortuné Marion, du forgeron et ferronnier Cyrille Rougier ou bien de Justin Gabet, le menuisier-ébéniste de la rue Boulegon. Nous risquions de prêter médiocre attention à la fin d'une lettre de Cézanne, adressée à Zola le 28 août 1877 : "Hier soir en allant rue Clauzel chez mon marchand de couleurs, j'y ai trouvé le cher Emperaire".

Cézanne aurait réalisé ce portrait en pied d'Achille Emperaire aux alentours de 1869 qui fut l'année de sa rencontre avec Hortense Fiquet. En compagnie d'un Nu couché dont on a totalement perdu la trace, la présentation au public de ce tableau lui fut refusée lors du Salon de Paris qui s'ouvrit en mars 1870. Cinq dessins d'Emperaire exécutés avant cette toile sont recensés dans le catalogue raisonné d'Adrien Chappuis. Certains de ses dessins étaient restés chez Paul Cézanne fils ; l'un d'entre eux, celui qu'on aperçoit en tête d'article, fut acquis par Chappuis qui en fit don en 1967 au Cabinet des Dessins du Louvre.

Lorsqu'il apprit l'avis négatif du jury, Cézanne proféra sans se démonter, "avec un accent méridional prononcé", quelques boutades pour le correspondant et caricaturiste de l'Album Stock qui l'interrogeait : "Oui, mon cher Monsieur, je peins comme je vois, comme je sens ... et j'ai des sensations très fortes. Les autres, aussi, sentent et voient comme moi, mais ils n'osent pas ... Ils font de la peinture de Salon ... Moi, j'ose, Monsieur, j'ose ... J'ai le courage de mes opinions, et rira bien qui rira le dernier !". Chaque année, depuis 1864, Cézanne présentait un travail au Salon, la réponse du jury parisien ne l'affectait pas outre mesure.  Il avait assez consciemment voulu provoquer son jury,  il ne pouvait pas être surpris par la réponse qu'il recueillait. Il en fit part à Justin Gabet (lettre du 7 juin 1870) : "J'ai donc été refusé comme par le passé, mais je ne m'en porte pas plus mal. Il est inutile de te dire que je peins toujours ...".

La taille d'Achille Emperaire était minuscule. Sur le grand format de Cézanne, la tête et le front du modèle ont de plus vastes proportions ; le nain porte ses cheveux longs de mousquetaire, une moustache ainsi qu'une barbichette. Dans les dessins préparatoires, son regard est mélancolique. Beaucoup plus théatral, plein de douceur et de dérision, avec ses pieds juchés sur une chaufferette - elle fut ajoutée au grand fauteuil du Jas de Bouffan sur lequel le père de Cézanne scrutait en 1866 les feuilles du journal L'Indépendant - Achille Emperaire apparaît navré et résigné. Son regard rêveur semble avoir franchi un cran supplémentaire par rapport à celui qu'on devinait sur les dessins préparatoires ; il est encore jeune, il pourrait se perdre ou bien sombrer. Rien n'est masqué de sa difformité ni des extrémités longues et osseuses de sa morphologie. 

La leçon du Fifre de Manet est pleinement assimilée : le Portrait d'Achille Emperaire est un tableau frontal, avec cernes et aplats de couleurs. C'est un moment de rémission et de reprise de forces, Cézanne conviait son ami pour qu'il puisse se détendre avant de poser. Achille est d'abord venu prendre un bain, il a nagé dans le bassin de la grande maison du Jas de Bouffan. Il prend du repos, il  a donné un coup de peigne dans ses cheveux. A l'intérieur du Jas de Bouffan, Emperaire est un peu chez lui. Il ne pose pas ici pour  la première fois. D'un format beaucoup moins important - 42 x 41 cm - un tout autre Portrait d'Emperaire, plus juvénile et plus romantique  - il fut mis en vente chez Sotheby's Londres en 1972, ensuite à Christie's New York en 2002 -  figura longtemps dans la proximité des peintures murales du grand Salon. C'est le n° 141 du catalogue raisonné des peintures de Cézanne établi par John Rewald. De passage à Aix, Roger Fry l'avait aperçu en 1919 lorsqu'il visita le Jas de Bouffan. Son gilet rouge était accroché près de la cheminée, non loin des Quatre Saisons, du Christ aux Limbes, de la Madeleine pénitente et de la scène galante de Lancret que l'un des propriétaires du Jas, l'ingénieur agronome et viticulteur Louis Granel tenta vainement d'offrir à l'Etat français. 

portrait
Un premier portrait d'Emperaire : il était accroché dans le grand salon du Jas de Bouffan.

Sur le tableau du musée d'Orsay, Achille Emperaire arbore avec un brin de désolation une écharpe rouge, les plis d'une robe de chambre, des caleçons, des chaussettes et des pantoufles, des vêtements qu'on lui a prêtés. Il ne dissimule pas ses mains qui sont effrayantes. Depuis longue lurette, ce souverain de pacotille est déchu, dégrisé et désillusionné. "Cet être grêle" - l'expression vient de Joachim Gasquet - porte un titre. Son ambition est reconduite : en haut du grand fauteuil recouvert d'une housse avec motifs floraux -  celui qu'on aperçoit sans occupant, dans un autre tableau de cette époque,  L'Ouverture de Tannhaüsser - en surplomb de sa navrante effigie, des lettres au pochoir, des Bodoni sans grâce mentionnent son identité et son statut : "ACHILLE EMPERAIRE PEINTRE".

toile de Cézanne La toile est sombre : on ne saurait dire à quel moment de la journée on peut se situer. Il fallait qu'une place, de la lumière et du repos soient donnés à ce personnage, sans plus de phrases ni de narration.  Signé en bas à droite, en rouge : P. Cézanne. Pendant toutes les séances de pose qui furent nécessaires pour l'élaboration d'un tableau à ce point surprenant, une étonnante complicité, un pacte de confiance mutuelle furent scellés entre le peintre et son modèle. Cette peinture est d'abord un acte de respect et de profonde affection adressé à celui dont la vie quotidienne et l'avenir ne seront jamais proches du régime d'un prince ou bien d'un roi. Les spécialistes ont su faire remarquer que Cézanne avait délibérément pris le contrepied de ce qui pouvait se tramer quand, quelques années auparavant, un artiste officiel peignait le sacre de Napoléon premier.  Depuis la boutique du Père Tanguy jusqu'au musée d'Orsay. Cette toile appartint aux meilleures mains qu'on puisse trouver au coeur de cette époque. Cézanne n'en était pas satisfait, elle correspondait dans sa trajectoire à une phase d'incertitudes et de tâtonnements : il avait pensé détruire ce tableau qui lui rappelait quelques-uns de ses déboires. Par bonheur, la toile monumentale échappa à sa vindicte : attenter à la matérialité d'un hommage au "cher Emperaire" était vraisemblablement infaisable. D'après Emile Bernard qui fut l'un de ses plus convaincants redécouvreurs dans les alentours de 1886, Cézanne, "désireux de ne plus la revoir, l'avait abandonnée". Le Portrait d'Emperaire aura croupi pendant vingt-deux ans, "rue Clauzel", dans le désordre de la boutique de Julien Tanguy. En 1892, ce tableau  longtemps dédaigné rejoint à Monthyon, quelque part en Seine-et-Marne, la collection de l'ami et modèle de Van Gogh, le "peintre aux étoiles" Eugène Boch (1855-1941) qui fut incité par Emile Bernard à l'acquérir pour une somme de 800 francs. Boch avait rassemblé dans sa villa des pièces de Marquet, Matisse, Rouault et Toulouse-Lautrec ; ce rêveur issu des Borinages de la Wallonnie possédait un Portrait de Madame Cézanne ainsi qu'un Baigneur vu de dos. Après quoi, à compter de 1908, le Portrait du peintre Achille Emperaire est présenté dans la galerie Bernheim où Auguste Pellerin (1852-1929) s'en vient l'acheter, le 28 janvier 1910, pour une somme de 45.000 francs. La notice du catalogue de l'exposition de la RMN du Grand-Palais de 1995 mentionne que les tractations furent "difficiles" : Eugène Boch "en voulait 50.000 francs, Bernheim n'en espérait pas plus de 30.000".


Auguste Pellerin mourut en 1929. En décembre 1964, l'Etat accepte un don de ses deux filles : Achille Emperaire entre dans les collections du musée du Louvre. Cette donation n'était pas tout à fait innocente, de la part des héritières du grand collectionneur : l'Etat français, le ministère de la Culture d'André Malraux venaient d'accepter la sortie hors frontières françaises d'un irremplaçable chef d'oeuvre,  la troisième version des Baigneuses, tableau qui fut acheté pour un prix important, par la National Gallery de Londres. Le Portrait d'Achille Emperaire fut visible dans la galerie du Jeu de Paume jusqu'en 1986, date de son affectation au musée d'Orsay. Ses expositions hors collection ne furent pas fréquentes. Il fut quatre fois exposé dans les grandes expositions parisiennes de Cézanne, en 1907, 1954, 1988 (on le vit également à Londres et Wahington) et 1995. Il n'a pas encore fait l'objet d'une exposition à Aix-en-Provence.

 

Alain Paire.

 

Du 5 au 30 décembre 2013, 30 rue du Puits Neuf, Aix-en-Provence, en coproduction avec l'Atelier Cézanne des Lauves, exposition de toiles et de dessins d'ACHILLE EMPERAIREavec en contrepoint des travaux de Don Jacques Ciccolini, Alain Fleischer et Georges Guye. Catalogue de 64 pages, une soixantaine de reproductions, maquette de Virginie Scuitto (prix 12 euros). L'Atelier des Lauves prolonge son exposition Emperaire jusqu'au 26 janvier 2014.

 
Cette exposition  Achille Emperaire est la dernière des expositions de la galerie qui ferme ses portes fin 2013. Vernissage  jeudi 5 décembre.  Auparavant, du  
13 novembre  au 21 décembre 2013, exposition chez Arteum / Châteauneuf-le-Rouge, en collaboration avec Christiane Courbon et Pierre Vallauri, "Alain Paire, 19 ans de Galerie".

A propos d'Achille Emperaire trois chroniques sont disponibles en podcast sur le site de Radio Zibeline.

 
 
 
Emperaire photograhie

 

Emperaire exposition

Achille_timbre-1

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?