Du jeudi 28 février au samedi 9 mars 2013, la galerie du 30 de la rue du Puits Neuf confie son espace à Anne-Laure Fink et Nadine Fourré. Toutes deux sont les gardiennes et les réalisatrices de l'exposition, vous pourrez les rencontrer et dialoguer avec elles. Vernissage jeudi 28 février, à partir de 18 h. Galerie ouverte du mardi au samedi de 14 h 30 à 18 h 30, tél 04.42.96.23.67. Après quoi, du jeudi 14 au samedi 23 mars, exposition de portraits photographiques de Jean Pecoul, Pour quelques regards de plus.


Nadine Fourré  : tout commence au fil de l'eau.

durance, Nadine Fourré

L'artiste arpente le socle mouvant de la rivière parmi un océan de pierres, à l’affût de la perfection du hasard. Il s’agit de capturer la Nature vivante. Son œuvre renoue avec un geste enfoui dans la mémoire du monde. Aboutissement naturel de presque 20 ans passés au Japon, les Equilibres explorent les strates de l’inconscient.

Nadine Fourré se sensibilise à l’art de l’épure, cet esprit de renoncement à la surcharge qui s’exprime dans la culture japonaise traditionnelle par le "kiri-sutte" ou "couper-jeter", en tant que choix esthétique et spirituel. Constantin Brancusi Isamu Noguchi, et le Peuple Inuït en Arctique lui ont ouvert la voie. Au fil des saisons, dans un va et vient constant entre rivière et atelier, s’élabore un long processus de création.

nadine fourré

Pleine lune, format 70 x 31 x 16 cm.

Chaque élément de la sculpture joue un rôle crucial dans l’architecture de l’équilibre, comme une clé réglant l’inertie, compensant les niveaux, agissant en contrepoids.  Par cette discipline soumise à l’attraction universelle, les mains se laissent guider dans un jeu aérien de courbes et contre-courbes, d’emboîtements, de porte à faux. L’artiste guette l’instant magique, ce phénomène d’osmose quand les forces à l’œuvre tendent à fusionner les différents centres de gravité, le moment précis où les pierres s’apprivoisent et s’aimantent, offertes à la caresse. Complémentaire, le bois flotté, à la peau lisse ou burinée, réchauffe le minéral de sa volupté. Il se fait lien, support et, parfois, l’essence même de l’œuvre.

Berger de Nadine Fourré

Berger, hommage à Hans Arp, format 54 x 47 x 45 cm.

Pendant ses années à Tokyo consacrées au design, Nadine Fourré développe un sens aigu de l’harmonie dans l’espace. Forces, tensions, volumes, formes et proportions, matières et couleurs : tout doit s’ajuster parfaitement. La rigueur de l’exercice exige de servir humblement la Nature et ses Lois, "puisqu’il n’est de liberté que dans l’obéissance à la nécessité" écrivait Spinoza. L’entrave de la gravitation oblige à relever le défi, à se frayer un passage parmi les contraintes, paradoxe pour la sensibilité de l’artiste qui aspire à la légèreté de l’apesanteur. Concentrée comme un funambule, chaque pièce de la construction est une œuvre en soi, raccourci d’univers, l’œuvre de la Nature préservée intacte. La sculpture puise alors sa pureté dans la mémoire de l’eau.

Jean-Michel Marais.

D'autres renseignements, biographie et expositions  sur ce lien du site Equilibrium /Nadine Fourré-Marais.

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?