anne-Laure Fink, détrempe

Anne-Laure Fink, détrempe et encre de Chine, 47 x 65 cm

Du jeudi 28 février au samedi 9 mars 2013, la galerie du 30 de la rue du Puits Neuf confie son espace à Anne-Laure Fink et Nadine Fourré. Toutes deux sont les gardiennes et les réalisatrices de l'exposition, vous pourrez les rencontrer et dialoguer avec elles. Vernissage jeudi 28 février, à partir de 18 h. Galerie ouverte du mardi au samedi de 14 h 30 à 18 h 30, tél 04.42.96.23.67. Après quoi, du jeudi 14 au samedi 23 mars 2013, exposition de portraits photographiques de Jean Pecoul, Pour quelques regards de plus.


Les infinis d'Anne-Laure Fink, texte de Nadine Fourré.

Un infini ne renonce jamais. Persévérant par lui-même, obstiné, il disparaît au fond de l’univers en expansion, privant l’homme de ne jamais pouvoir sonder ses abîmes. Sauf pour l’artiste clairvoyante qui abandonne son mental et ses représentations pour s’immerger dans la transe du geste, écriture-réflexe jaillissant de son inconscient.

Ses dessins évoquent les formes symboliques d’une langue universelle. Nous sommes en apesanteur, délivrés de toutes références. Pourtant, observés à distance, les encres d’Anne Laure Fink sont parcourues de champs magnétiques, de réseaux d’ondes multi-directionnelles. Dès qu’on s’approche, elles se mettent à frémir comme un paysage arborescent à travers lequel circulent les forces de vie. Regardant le travail d’encore plus près, c’est comme si nous scrutions à l’intérieur d’une foule microscopique de cellules frissonnantes à l’unisson.

Les sinuosités du tracé peuvent être décryptées à la façon d’une carte du monde, dans laquelle la Terre et le Ciel englobés relieraient tous les éléments. L’artiste fait remonter à la surface de l’écorce terrestre un continent inconnu, quelque part au de-là des frontières, dans l’espace flottant de l’Ukiyo-e.

anne-Laure Fink, détrempe

Détrempe, format 25 x 65 cm.

Panoramas fictifs, ses dessins n’ont pas d’horizon, de crêtes ou de points de fuite. Ils prospèrent, harmonieux dans leur chaos. Les traits n’obéissent à aucune stratégie de représentation, mais leur pléthore est aussi puissante que l’envahissement de la végétation.

Que l’un d’eux se libère et le déséquilibre entraîne une série de réactions en chaîne savamment orchestrées. Rythmes qui s’enchevêtrent, se chevauchent, s’imbriquent, chaque ondulation se frotte l’une contre l’autre, se répercute sans fin, épousant la cadence de l’artiste.


anne-Laure Fink, détrempe

Détrempe, format 25 x 65 cm.

Labyrinthe polyphonique échappant au pouvoir énonciateur des mots, la nature réelle du Langage primitif d’Anne Laure Fink consiste à chanter plutôt que raconter.

Nadine Fourré.

Anne-Laure Fink est née à Berlin, elle se dit profondément influencée par l'Expressionnisme allemand. Elle a collaboré avec plusieurs artistes : René Rovellotti pour la sculpture,  Gilbert Bottalico et Philippe Laffont pour le dessin et la gravure, Ben Ami Koller pour le dessin. Etudes d'arts plastiques à Vanves. Elle vit à Aix-en-Provence ; elle expose ses travaux depuis 1996.

anne-Laure Fink, photo de Jean Pecoul

Portrait d'Anne-Laure Fink, photographie de Jean Pecoul


Anne-Laure Fink a souvent participé aux expositions du groupe aixois Perspectives et du Musée Arteum de Châteauneuf-le-Rouge. En mai 2011, elle exposait ses travaux à la Médiathèque Boris Vian de Port-de-Bouc. Sa dernière exposition personnelle s'est déroulée en juin 2012, à La Cave aux Huiles d'Aix-en-Provence, place de l'Archevêché. En novembre 2012, elle participait à l'exposition Partager les murs de l'artothèque Antonin Artaud qui fêtera en 2013 ses 25 années d'activités.
On peut consulter le site Anne-Laure Fink / Dessins sur ce lien . Dans la page  Parcours où l'on trouve une liste complète de ses expositions, elle conclut ainsi la définition de son travail : "Quant au contenu de mes dessins, je le caractériserai volontiers comme une recherche de l'infiniment petit, l'exploitation de ce qui est invisible à l'oeil nu et que j'ai toute liberté de voir, de décrire, d'interpréter, de triturer et de malmener à ma façon. Un monde qui grouille de formes, d'enchevêtrements et d'illogismes, un monde qui n'est plus soumis aux lois de la Physique. Un monde où ni pesanteur, ni perspectives, ni loi d'aucune sorte imposeraient un frein à ma liberté. Aucune loi, hormis celles que je découvre".

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?