lettre_Jules_005
Jules Mougin, dans son jardin à Chamellier, août 1996 (photographie de Léon Claude Vénézia).

J’ai rencontré Jules et Jeanne Mougin, en mars 1978 dans leur maison de  Chemellier en Maine et Loire. Facteur rural à la retraite, Jules était un formidable graphomane, dessinateur, perturbateur pacifiste. Il avait, une fois pour toutes, déclaré la guerre à la guerre et à ses innombrables serviteurs. La plume sergent-major était son arme, trempée dans l’encre de la colère et  de  la dérision. Sa ferveur pour les femmes et les hommes qui  avaient consacré leur vie à la  liberté, Rosa Luxembourg, Sacco et Vanzetti, Mandela … l’avait conduit à graver leurs noms au burin sur un mur de ses  caves de tuffeau, dans la « carrée » attenante à sa maison. Jeanne, ancienne institutrice, l’accompagnait dans ses révoltes mais devait souvent tempérer ses emportements.

Autodidacte, lecteur insatiable, il citait souvent dans ses lettres les écrivains qu’il admirait : Paul  Léautaud, Jean Giono, Henri Calet et bien d’autres. L’indignation, ce sentiment popularisé aujourd’hui par Stéphane Hessel, était présente depuis belle lurette dans les écrits  de Jules Mougin. Il citait souvent Louis Calaferte : Un homme qui n’est pas indigné, à quoi sert-il ? Non, il faut garder son indignation vive même si elle paraît impuissante.

Notre amitié débuta ce jour de mars, par une dédicace sur mon exemplaire du Comptable du Ciel. Sous emboitage bleu, serti d’une étoile d’or, ce livre imaginé par Odette Ducarre et édité par Robert Morel, contient des feuilles volantes, lettres, poèmes, télégrammes, dont chacune peut-être lue séparément et se mélanger comme on le ferait avec un jeu de cartes. Il m’accompagne depuis plus de trente ans. Bien d’autres ouvrages ont paru au fil des ans, tirés à petit nombre  d’exemplaires. Ainsi, l’un des plus beaux, Magma, qui ne contient  que des reproductions manuscrites adressées à Claude Billon.

Au fil des années, que de balades, de découvertes et de propos échangés avec les Mougin ! A chacune de nos rencontres, je faisais des photographies à la volée ou en poses complices. Je songe depuis longtemps à un livre qui rassemblerait le meilleur de ces images,  lettres,  dessins et  souvenirs,  traces émouvantes dans  nos vies. Le voilà en chantier. Certes, je ne suis qu’un petit îlot de La Julésie, ce pays à la fois  imaginaire et réel, habité par les innombrables amitiés et correspondances du Facteur Mougin. Une partie importante adressée à Lucien Henry, l’ami de toujours est conservée par les archives de Forcalquier  en Haute-Provence. D’autres, que détiennent de nombreux amis ou inconnus de nous,  sont dispersées et comptent probablement quelques dizaines de milliers !
 

lettre_Jules_006

lettre_Jules_007


Jules s’est éteint quelques années après Jeanne. Il ne parlait plus qu’aux arbres, au vent et au ciel. Apaisé. Entouré de l’affection de sa famille et de ses proches amis. Ces prochains jours paraîtra sa correspondance avec Gaston Chaissac. Claude Billon, l’ami le plus proche de Jules, son confident, et Philippe Marchal, éditeur de la revue Travers, en ont été les maîtres d’œuvre. Jean Mougin qui avait apporté son soutien enthousiaste à ce projet n’aura pas eu la joie d’en voir le résultat. Il est décédé brutalement au mois d’avril 2012, nous laissant dans la peine. Il avait entrepris avec sa famille et ses amis un énorme travail pour  faire connaître l’œuvre débordante de son père. Il leur fallut beaucoup d’énergie pour monter la grande exposition (lettres, dessins et œuvres plastiques) qui se tint en automne 2011 à la Fondation Carzou, en marge des Nuits de la Correspondance de Manosque. Henri Mérou et la municipalité du Revest-des-Brousses où Jules fut longtemps facteur et Jeanne institutrice,  lui rendirent également  un bel hommage. Pour ma part, je souhaite que l’ouvrage qui sera publié aux Editions C’est à dire, dirigés par Pierre Coste, contribuera à mieux faire connaître le Facteur Mougin.

Léon Claude Vénézia, 10 mai 2012.

A propos de la Correspondance Chaissac / Mougin de la revue TRAVERS, cf sur ce lien, un autre article de Léon Claude Vénézia.

Léon-Claude Vénézia n'est plus de ce monde depuis la fin novembre 2013. Sur ce lien, on trouvera un article à propos de son travail de photographe. Sur le site de la galerie, cf. sur ce lien, un autre article de Vénézia à propos du sculpteur Raymond Moralès.

lettre_Jules_004
Jeanne et Jules Mougin à Lambesc, fin des années 90 (photographie de Léon Claude Vénézia).

Mon Compte

Mot de passe oublié ? / Identifiant oublié ?